Général Politique

Informations sur le Tibet du GSTF du 25. Juillet 2013

Un jeune moine se brûle à Dzoege - le 121. l'auto-immolation

Sur le 20. Juillet Konchok Sonam, un moine âgé de 18, s'allume devant un monastère dans le district de Dzoege, dans la préfecture de Ngaba, au Tibet oriental, et meurt. Alors qu'il était en feu, il a crié des slogans pour la liberté du Tibet. Plusieurs centaines de Tibétains sont arrivés sur les lieux de l'incident d'auto-immolation et ont pu empêcher les forces de sécurité qui se dépêchaient immédiatement de prendre le pouvoir.

Dans Dzoege, les auto-immolations 5 ont déjà eu lieu cette année. En juin, le secrétaire local du parti communiste, Tenzin Yarphel, a été limogé et muté à un poste mineur à Ngaba. Il aurait été trop populaire parmi les Tibétains, car il avait approuvé plusieurs événements religieux. Les informateurs ont également signalé qu'à Dzoege, des informateurs sont placés dans pratiquement tous les villages pour surveiller les résidents.

Photos du dalaï-lama confisquées

Dans la province de Qinghai, dans le nord du pays, dans la région de Yulshul, les autorités ont procédé à de nombreuses inspections de véhicules et confisqué des photographies du dalaï-lama et du saint patron tibétain. Qui a refusé, a été battu. Selon Radio Free Asia, deux moines résistant à la confiscation ont été arrêtés.

Ces rapports contredisent les spéculations sur un assouplissement de l'interdiction de posséder et d'exposer des images du Dalaï Lama, présentée en juin comme une "expérience" dans certaines régions. Le gouvernement régional de la préfecture de Golog à Qinghai a même publié une déclaration intitulée "Ne pas écouter les rumeurs" qui nie explicitement un changement de politique.

De vastes expropriations de pâturages

Dans la préfecture de Ngaba, dans l'est du Tibet, les autorités ont procédé à de nombreuses expropriations des pâturages des nomades qui y vivent. Soi-disant, il y aura une centrale hydroélectrique.

Selon les informations fournies par les personnes touchées par le TCHRD, les expropriations ont touché plusieurs camps de nomades, qui ont également perdu le pâturage utilisé traditionnellement pour leurs troupeaux à l'automne. Aucune des familles nomades touchées n’a été informée à l’avance ou consultée. En outre, ils n'ont reçu aucune compensation. Étant donné qu'il est difficile d'obtenir des informations détaillées de la région, le TCHRD n'a pas été en mesure de savoir si des relogements de nomades ont déjà eu lieu.

Parallèlement, plusieurs nouveaux commissariats de police ont été construits dans la région. L'un des nouveaux postes de police a été créé à l'origine dans le monastère de Muge. Après les manifestations, les autorités y ont renoncé et ont choisi un autre bâtiment à proximité du monastère.

Sources: Radio Free Asia; Centre tibétain pour les droits de l'homme et la démocratie TCHRD

Compilé pour le GSTF par Dr. med. Uwe Meya

Nous vous invitons à nous suivre et à aimer notre page : )

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués par *