Concentration Campagnes

La pétition du Tibet a été soumise! Une réponse est toujours en attente…

Sur le 10. En septembre, les organisations tibétaines 2018 et la Société pour les peuples menacés (GfbV) ont soumis au Parlement et au Conseil fédéral la pétition tibétaine au Parlement fédéral. À propos de 11 300 Les citoyens appellent le Conseil fédéral et le Parlement à mieux protéger les droits des Tibétains en Suisse et à souhaiter la bienvenue au Dalaï Lama en visite en Suisse.

Pour soumettre la pétition, les conseils nationaux ont tenu des discours clairs au Parlement fédéral Romarin Quadranti (Co-président du Groupe parlementaire du Tibet (BDP / ZH) et Lisa Mazzone (GP / GE et président de la Société pour les peuples menacés) et Jampa Samdho (membre du parlement tibétain en exil).

A également donné le programme cadre sur la place de la gare de Berne Thomas Büchli (Président GSTF) et Lobsang Shitsetsang (Représentant commercial de la Communauté tibétaine en Suisse et au Liechtenstein TGSL) ont à nouveau clairement fait connaître les revendications du Conseil fédéral et du Parlement.

La section de Berne du TGSL a choyé les passants avec des pâtisseries tibétaines et du thé. Une courte section culturelle consacrée à la musique et à la danse tibétaines a permis de mieux comprendre la tradition tibétaine.

Déclaration de Thomas Büchli sur la remise de la pétition au 10. Septembre 2018, Bahnhofplatz Bern

Thomas Büchli (Photo: Franziska Rothenbühler)

Si le magazine «Observateur»En tant que couverture, le sujet abordé est bel et bien arrivé en Suisse. 
Pour nous, organisations tibétaines en Suisse, les constatations de l'observateur sur l'influence de la Chine en Occident ne sont pas de vraies nouvelles. Pendant des années, des décennies et des décennies, nous avons discuté, écrit et lancé un appel pour être à l'affût d'une Chine chassée par la dictature d'un siège social agressif du Parti communiste à Beijing.
Seul - nous connaissons tous le dicton du prophète dans son propre pays… Les Tibétains ont probablement le plus d’expérience en Suisse avec les avancées chinoises et leurs véritables intentions.

Au Tibet, les Chinois ont commencé leur occupation avec de l'argent - à l'époque avec des pièces d'argent - puis les ont retournés contre le Tibet - aujourd'hui nous connaissons le résultat: selon l'interprétation chinoise, il n'y a pas de Tibet et il n'y en a jamais eu!
Si notre gouvernement et ses touristes économiques veulent faire des affaires avec la Chine, alors laissez-les apprendre des expériences des Tibétains ici: prenez-les au sérieux dans leurs préoccupations, qui sont exprimées dans la pétition présentée aujourd'hui. En protégeant votre droit à la liberté d'expression, avec le droit d'être tibétain et non chinois, nous protégeons également nos valeurs suisses contre la superpuissance de plus en plus agressive de la Chine! Les 11 signataires de la pétition sont un signal fort pour notre gouvernement et notre parlement!

Déclaration de Rosmarie Quadranti lors de la remise de la pétition au 10. Septembre 2018, Bundeshaus Bern

Rosmarie Quadranti (Photo: Franziska Rothenbühler)

En tant que co-président du groupe parlementaire, j'ai le plaisir de dire quelques mots lors de la remise de la pétition.
J'ai moi-même accepté l'accord de libre-échange avec la Chine. J'ai confié au Conseil fédéral que, en ce qui nous concerne, les droits de l'homme et les droits de l'homme seront impliqués dans les discussions.
Cependant, avec une préoccupation croissante, je dois prendre note du fait que le Conseil fédéral considère de plus en plus souvent uniquement des intérêts économiques. Le dernier exemple est l'assouplissement des exportations d'armes vers les pays en guerre civile.
Par conséquent, la pétition devrait être un signe clair pour le Conseil fédéral, non seulement pour examiner les intérêts économiques, mais seulement une approche holistique pour se réapproprier. L'économie est importante pour notre pays, bien sûr, mais ce n'est qu'un aspect de la pièce.
La pétition appelle le Conseil fédéral à ne pas perdre de vue les développements concernant la situation des droits de l'homme au Tibet pour les Tibétains. La pétition demande également que les Tibétains soient en sécurité en Suisse, sous le contrôle de la Chine.
Les relations commerciales avec la Chine sont d’un côté et, d’autre part, le Conseil fédéral doit savoir que le partenaire commercial chinois doit être contacté à plusieurs reprises dans le cadre des négociations sur ce que nous n’aimons pas. Ce sont des conversations dans la petite salle silencieuse, qui peuvent être couronnées de succès si les partenaires de négociation suisses ont suffisamment d’épine dorsale.
Par conséquent, même en tant que défenseur des accords de libre-échange, j'exhorte le Conseil fédéral à cesser de servir unilatéralement l'économie. Ce que cela déclenche, il aurait effectivement remarqué dans le ramollissement proposé de l'exportation de matériel d'armement. Je demande donc avec les Tibétains qui vivent ici en Suisse, le Conseil fédéral ainsi que mes collègues parlementaires à prendre les inquiétudes au sérieux et veiller à ce que les Tibétains en Suisse peuvent continuer à se sentir à l'aise et en toute sécurité et La Suisse a clairement indiqué qu’elle s’améliorait afin d’améliorer la situation des droits des Tibétains au Tibet et, surtout, de protéger leur langue et leur culture.

Documents à télécharger

Informations sur la campagne

Cinq ans après la signature de l'accord de libre-échange entre la Suisse et la Chine, la Société pour les peuples menacés organisations (STP) et du Tibet exprimant sa préoccupation au sujet de l'influence croissante du gouvernement chinois: Cela affecte négativement le respect des droits fondamentaux des Tibétains en Suisse out. Un rapport a été publié et une pétition a été lancée. Avec deux demandes de procédure appel Maya Graf (Verts / BL) et Barbara Gysi (SP / SG) le Conseil fédéral d'analyser les droits de l'homme les effets de l'ALE avec la Chine globale et d'évaluer le dialogue sur les droits de l'homme avec la Chine en matière de respect des droits de l'homme et des minorités ,

La GSTF a été fortement impliquée dans la préparation de la campagne. Leurs membres ont été appelés à signer la pétition. Cela a également stimulé un débat public sur la situation des Tibétains et une prise de conscience accrue de l'influence accrue de la Chine.

Nous vous invitons à nous suivre et à aimer notre page : )
  1. Mariann Köpfli

    Les Tibétains en Suisse doivent absolument être protégés et il n'est pas possible qu'ils doivent abandonner leur identité de Tibétains, car la Suisse entretient des relations commerciales avec la Chine!

  2. [...] pour évaluer le dialogue sur les droits de l'homme (MRD) avec la Chine. Le point de départ du postulat était une pétition présentée par la Society for Threatened Peoples et les organisations tibétaines en septembre 2018 [...]

  3. […] Tibétains en Suisse pour préparer un rapport. Le point de départ du postulat était une pétition qui a été soumise par les organisations tibétaines et la Society for Threatened Peoples et en septembre ... En particulier, il convient d'indiquer en détail comment le

  4. [...] avec d'autres organisations tibétaines et la Society for Threatened Peoples (STP) une pétition (lien vers la pétition de 2018) pour mieux protéger les droits des Tibétains en Suisse et en 2021 a [...]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués par *