Concentration Politique Suisse

Stratégie chinoise: le FDP met en garde contre une "autocensure"

Dans sa nouvelle stratégie chinoise, le FDP critique fortement le régime de Pékin. La Suisse doit défendre fermement la démocratie et les droits de l'homme.

Lire Cliquez ici l'article original de Ladina Triaca est paru le 06.02.2021 février XNUMX dans le NZZ am Sonntag.

De quoi les libéraux étaient-ils fiers de leur conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann. À l'été 2013, le ministre de l'Économie de l'époque s'est rendu à Pékin et est devenu le premier homme politique d'Europe continentale à signer un accord de libre-échange avec la Chine. Son parti a salué les avantages concurrentiels négociés et a espéré que l'ouverture économique de la Chine irait de pair avec la démocratisation. "Le FDP [est] d'avis que plus de commerce en Chine renforce la classe moyenne et donc leur opinion politique", a écrit le parti à l'époque. C'était l'espoir largement répandu de changement grâce au commerce.

Aujourd'hui, huit ans plus tard, les libéraux doivent admettre que l'attente était naïve: "La classe moyenne chinoise s'est en effet agrandie, mais le pays n'est pas devenu plus démocratique à cause de cela", déclare le conseiller d'Etat du FDP Damian Müller. Au contraire: il devient de plus en plus évident à quel point les citoyens sont surveillés et réprimés.

Son parti travaille donc à un changement de cap. Cette semaine, la direction du FDP a adopté une nouvelle stratégie pour la Chine. Dans ce document, elle a vivement critiqué les dirigeants chinois: "Le Parti communiste gouverne le pays de manière autoritaire, la situation des droits de l'homme et la situation des minorités sont précaires". Et: "Pékin a délibérément contrecarré l'idée universelle des droits de l'homme au niveau international." En aucun cas la Suisse ne doit «s'autocensurer» et ignorer des questions critiques telles que les camps de rééducation pour les Ouïghours ou les manifestations à Hong Kong. Le parti appelle à la prudence: «La Chine s'engage systématiquement dans l'espionnage économique. Les entreprises suisses ont tout intérêt à se méfier des interventions chinoises. " Des mots clairs du parti économique. Dans le même temps, elle souhaite continuer à faire des affaires avec la Chine. L’un des principaux messages du document est que le commerce et le dialogue sont plus fructueux que l’isolement et les sanctions.

Cela rappelle la stratégie chinoise du conseiller fédéral du FDP Ignazio Cassis, dont le «NZZ am Sonntag» a rapporté la semaine dernière. Le ministère des Affaires étrangères ne veut pas non plus restreindre le commerce avec la Chine, mais il est plus fort pour exiger le respect des droits de la personne et des normes internationales à l'avenir. L'ensemble du Conseil fédéral traitera du document dans les prochaines semaines. Ensuite, les politiciens étrangers au parlement en discuteront.

Le politicien du FDP Damian Müller est président de la Commission de la politique étrangère du Conseil des États. Il dit que la stratégie libérale de la Chine est née indépendamment des plans de Cassis. "Je n'ai même pas pu lire sa stratégie chinoise." Son intérêt pour le pays s'est accru il y a deux ans et demi lorsqu'il a accompagné Johann Schneider-Ammann lors d'un voyage en Asie centrale. "J'ai vu la Chine construire des lignes de chemin de fer pour la nouvelle Route de la Soie à travers des pays comme l'Ouzbékistan, le Kazakhstan et l'Azerbaïdjan." La politique commerciale extérieure de plus en plus agressive l'inquiète. "L'Afrique est dominée par la Chine et les Chinois établissent des points stratégiques en Europe de l'Est et dans les Balkans." En outre, Müller trouve «très problématique que les États méditerranéens vendent leurs ports aux Chinois».

Il est vrai que le FDP s'est défendu contre des contrôles rigides des investissements au Parlement. À l'avenir, cependant, ils veulent jeter un regard critique sur les infrastructures importantes, dit Müller: "Nous ne devons jamais donner la majorité des parts dans les centrales hydroélectriques ou les hôpitaux à des pays comme la Chine."

Et que pense aujourd'hui le parti de l'accord de libre-échange que le conseiller fédéral Schneider-Ammann a négocié une fois? L'accord présente des avantages pour les deux parties, dit Müller. Cependant, le FDP ne voit aucun levier politique pour influencer la Chine. Une suspension de l'accord - comme demandé par le PS après les rapports sur les camps ouïghours - ne conduirait pas à la démocratisation. «C'est une illusion», dit Müller. Au contraire, la partie souhaite utiliser l'accord comme une porte d'entrée pour «traiter sans ambiguïté» les questions de droits de l'homme. Il faudra quelques années pour voir si les espoirs libéraux se réaliseront cette fois.


Photo du message original: Peter Klaunzer / Keystone

Nous vous invitons à nous suivre et à aimer notre page : )
  1. Charles Sarasin

    Le FDP montre les problèmes, mais ils ne veulent rien changer. Le «changement de cap» mentionné ci-dessus est une pure rhétorique, vous ne voulez perdre aucune entreprise. Il est à craindre qu'en fin de compte, il restera des appels inefficaces pour calmer le public suisse et que rien ne changera. Cela signifie que notre dépendance économique vis-à-vis de la Chine augmente et que nous sommes donc de plus en plus vulnérables aux pressions et aux tentatives de chantage de la part des dirigeants chinois. Le GSTF serait bien avisé de travailler avec d'autres organisations pour réfléchir et mettre en œuvre des campagnes de haut niveau.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués par *