Chine Concentration Tibet

Un autre Tibétain meurt après avoir été maltraité en détention

Suite aux informations faisant état de la mort du moine tibétain Tamay (également connu sous le nom de Tenzin Nyima), âgé de 19 ans, après avoir été gravement maltraité en détention, Human Rights Watch rapporte un autre décès. Le 6 février, le guide touristique Kunchok Jinpa, âgé de 51 ans, a succombé à des blessures qui auraient été infligées en détention. Il a été paralysé à la suite d'une hémorragie cérébrale et en est mort. Apparemment, il a été transféré de détention à un hôpital de Lhassa 3 mois avant sa mort sans que sa famille le sache. Même après plusieurs années de détention, sa famille ne savait pas dans quelle prison il se trouvait.

Kunchok Jinpa a été arrêté le 8 novembre 2013 et condamné à 21 (!) Ans d'emprisonnement pour «révélation de secrets d'État à l'étranger». Lui et plusieurs centaines de Tibétains ont manifesté pacifiquement en octobre 2013 dans le district de Driru contre l'ordre de hisser des drapeaux chinois sur tous les toits des maisons. En mai 2013, il aurait transmis à des Tibétains à l'étranger des informations concernant des manifestations contre les travaux miniers sur la montagne sacrée Naklha Dzamba, y compris éventuellement des noms de détenus.

Kunchok Jinpa était moine au monastère de Gom Gonsar (également connu sous le nom de Choekor Jampaling) avant d'aller en Inde pour des études religieuses dans les années 1990. En 1998, il est retourné au Tibet et a travaillé comme guide touristique. De retour à Driru, selon les résidents locaux, il était très apprécié pour son plaidoyer en faveur de la préservation de l'identité tibétaine.

Human Rights Watch. 16 février 2021 // dr. Uwe Meya

Photo: Human Rights Watch

Nous vous invitons à nous suivre et à aimer notre page : )

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués par *