Concentration Campagnes Nouvelles Politique

Le Conseil national dit OUI: le dialogue sur les droits de l'homme avec la Chine est en cours d'évaluation

Le 09 mars 2021, le Conseil national s'est prononcé en faveur de l'évaluation du dialogue sur les droits de l'homme avec la Chine. Il répond à une pétition de la Société pour les peuples menacés (STP) et des organisations tibétaines. Les organisations saluent cette décision et demandent au Conseil fédéral de donner la priorité aux droits de l'homme par rapport aux intérêts économiques à court terme dans la stratégie à venir pour la Chine.

Le Conseil national a aujourd'hui 94 voix contre 65, un postulat de sa commission de politique étrangère accepté, qui prévoit l'évaluation du dialogue sur les droits de l'homme (MRD) avec la Chine. Le point de départ du postulat était un Pétition lancée par la Société pour les peuples menacés et les organisations tibétaines en septembre 2018 a été soumis.

Ici sur le déroulement du débat au Conseil national

Ordonnance au Conseil fédéral

En acceptant ce postulat, le Conseil fédéral est chargé de rendre compte de l'état actuel du dialogue sur les droits de l'homme avec la Chine. Il doit également présenter des plans concrets de mise en œuvre, montrer les succès obtenus et expliquer les étapes ultérieures. «Nous nous félicitons vivement de cette décision», déclare Angela Mattli, directrice de campagne au STP. «Accepter ce postulat signifie que la forme actuelle de dialogue sur les droits de l'homme avec la Chine n'est pas considérée comme opportune. Un changement de direction décisif

Le STP et les organisations tibétaines critiquent le dialogue sur les droits de l'homme avec la Chine depuis des années. La partie chinoise aime utiliser le dialogue comme moyen de pression politique: la Chine a suspendu le dialogue à l'été 2019 après que la Suisse, ainsi que 21 pays, dans le cadre du Conseil des droits de l'homme de l'ONU, aient demandé à la Chine de mettre fin aux arrestations massives et à la surveillance. de la communauté ouïghoure du Turkestan oriental (Xinjiang). La décision du Conseil national est un changement d'orientation décisif, qui est également soutenu par le Conseil fédéral. En l'an XX, un postulat similaire a été rejeté par le Conseil fédéral et le Parlement.

La feuille de vigne pour l'économie suisse n'est plus disponible

"L'hypothèse signifie que l'économie suisse doit également faire face aux livres", déclare N Mattli, directeur de campagne au STP. "Jusqu'à présent, le département économique ainsi que les principaux représentants des entreprises du MRD avec la Chine ont toujours utilisé l'excuse pour exclure le sujet des droits de l'homme dans l'accord de libre-échange ainsi qu'en coopération directe avec les entreprises chinoises." Mais l'économie et la politique peuvent difficilement être séparées l'une de l'autre, en particulier dans le contexte chinois. La dernière fuite du gouvernement sur le travail forcé structurel au Turkestan oriental montre également qu'un ajustement est absolument nécessaire. Les entreprises suisses importent également des produits de cette région, bien que le travail forcé ne puisse être exclu.

La stratégie chinoise doit prendre en compte la décision

La décision d'aujourd'hui signifie également que les instruments éprouvés de la Suisse ne fonctionneront plus avec la Chine. En ce qui concerne la Chine, la Suisse doit se concentrer d’urgence sur la protection des droits de l’homme et de ses propres valeurs. «Nous appelons le Conseil fédéral à ancrer fermement la protection des Tibétains et des autres communautés persécutées dans la nouvelle stratégie chinoise», souligne Thomas Büchli, président de la Société d'amitié suisse-tibétaine (GSTF). "Cela nécessite des instruments qui permettent un nouveau départ dans la politique de la Suisse en Chine et privilégient les droits de l'homme par rapport aux intérêts économiques à court terme." La stratégie chinoise sera adoptée par le Conseil fédéral dans les semaines à venir.

Nous vous invitons à nous suivre et à aimer notre page : )

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués par *