Chine Concentration Politique Suisse

Le ministre des Affaires étrangères Cassis sur la nouvelle stratégie chinoise: "Nous devons traiter le pays avec respect"

Ignazio Cassis critique le régime chinois pour les violations des droits humains à Hong Kong et au Xinjiang. Cependant, il fait également preuve de beaucoup d'indulgence envers le pays.

Lire Cliquez ici l'article original de Stefan Bühler et Lukas Häuptli, publié dans la NZZ le 20.03.2021 mars XNUMX.

La Chine arrête actuellement l'opposition à Hong Kong. Êtes-vous d'accord avec nous pour dire que cela viole toutes les règles démocratiques et constitutionnelles?

Ignazio Cassis: Nous sommes préoccupés par la restriction des droits démocratiques à Hong Kong. Jusqu'à présent, le principe s'est toujours appliqué à la Chine et à Hong Kong: deux systèmes, un pays. C'était un signe de respect pour les deux systèmes politiques différents.

Il ne reste plus qu’un seul système. Il va actuellement dans cette direction. La Chine commet également de graves violations des droits humains dans la province ouïghoure du Xinjiang.

Les développements au Xinjiang au cours des trois ou quatre dernières années n'ont pas été encourageants. Les droits des minorités, de ceux qui pensent différemment, de l'opposition - nous abordons tout cela depuis des années dans le cadre de réunions bilatérales avec la Chine. Ce fut également le cas lors de la visite du ministre des Affaires étrangères Wang Yi en 2019. Le gouvernement chinois est conscient de nos critiques.

Les États-Unis, le Canada et les Pays-Bas décrivent les actions de Pékin contre les Ouïghours comme un génocide. Ils aussi?

Ce n’est pas à la politique d’appeler un incident de génocide. C'est l'affaire des tribunaux.

Comment décririez-vous ce qui se passe au Xinjiang?

Nous l'avons toujours dit clairement: la répression des Ouïghours est une violation des droits des minorités. Nous y avons exprimé notre inquiétude - également envers la Chine officielle.

Comment vos interlocuteurs ont-ils réagi?

La Chine adopte toujours la position: les allégations sont fabriquées par les États-Unis et sont fausses. Et: ce sont toutes des affaires intérieures de la Chine.

Dans la stratégie de la Chine, que le Conseil fédéral a adoptée vendredi, la Suisse critique également plus vivement les violations des droits de l'homme. Y a-t-il un signe de changement de cap ici?

La critique que nous avons toujours exprimée devient de plus en plus précise et explicite. Ce n'est pas un changement de cap. Ce qui est vraiment nouveau: avec la stratégie chinoise, la Suisse dispose d'un cadre pour ses relations avec la Chine. Dans celui-ci, les choses sont maintenant appelées par leur nom, clairement dans la langue, diplomatiquement dans la mise en œuvre. Concrètement, cela signifie que la question des droits de l'homme n'est plus une tâche exclusive du ministère des Affaires étrangères, mais une tâche de l'ensemble du Conseil fédéral. Les cantons, les villes, la science et l'industrie peuvent également contribuer à la protection des droits fondamentaux.

L'économie aussi?

Oui. L'économie aussi. Nous espérons que l'implication de toutes les parties prenantes aura un impact plus important sur la question des droits de l'homme, comme le prévoit le plan d'action du Conseil fédéral pour les entreprises et les droits de l'homme.

Vous avez appelé le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi neuf jours avant l'adoption de la stratégie chinoise. Pourquoi ça?

Il est de coutume en diplomatie d’informer le pays concerné à l’avance avant d’adopter un document aussi important que la stratégie chinoise. Cela s'applique non seulement à la Chine, mais également à d'autres pays. Vous faites cela pour éviter des réactions inattendues. J'ai dit au téléphone à mon homologue: nous adoptons une stratégie pour la Chine et nous nous attaquons également à des choses qui la mettent mal à l'aise.

N'était-ce pas ainsi: vous avez apaisé le ministre chinois des Affaires étrangères au téléphone par mesure de précaution?

C'est le but de ces appels téléphoniques. Vous faites cela en diplomatie pour ne pas perturber la relation mutuelle.

Comment Wang Yi a-t-il réagi?

Il a pris note de l'annonce sans surprise. C'est ce que je lui ai dit en 2019. Mais il les a également remerciés. Il a trouvé mon appel respectueux.

Après votre appel téléphonique, le ministère chinois des Affaires étrangères a publié un communiqué de presse. Surtout, on parlait de bonnes relations économiques. Il n'y a pas un mot de votre critique des violations des droits de l'homme.

La Chine est libre dans ses déclarations.

Le communiqué de presse chinois pourrait également être interprété comme suit: Écoutez, tout cela est en jeu si vous nous critiquez trop sévèrement.

Il est également dans notre intérêt que le dialogue entre les deux pays ne se rompt pas.

La Suisse est économiquement dépendante de la Chine, par exemple pour les médicaments ou les produits médicaux. Cela vous fait-il chanter?

Toute l'Europe, voire le monde entier, est devenue un peu ouverte au chantage. Vous l'avez vu dans l'exemple des masques de protection lors de la pandémie corona. Ici, tout le monde dépend de la Chine. Alors maintenant, le sujet est: comment la Suisse peut-elle obtenir plus d'autonomie avec certains produits afin que nous soyons moins dépendants des autres pays en crise?

Au vu de la situation des droits de l'homme, la Suisse entretient-elle des liens économiques trop étroits avec la Chine?

Dans la stratégie chinoise, nous avons abordé précisément ce conflit d'objectifs: d'une part, avoir accès au marché chinois et, d'autre part, représenter nos valeurs avec plus de confiance.

Plus précisément, les objectifs contradictoires peuvent être observés au Xinjiang. Nestlé s'est maintenant retiré de la province ouïghoure. Accueillez-vous cette étape?

C'est précisément l'approche de la Suisse et l'objectif de la stratégie chinoise: les entreprises prennent leurs responsabilités. Je m'en réjouis: si les entreprises n'assument pas leurs responsabilités, l'État intervient et réglemente. Dans une démocratie libérale comme la Suisse, l'autorégulation est toujours la meilleure solution.

Critiquez-vous les entreprises suisses qui font encore des affaires au Xinjiang?

Nous surveillons ces entreprises, mais nous ne les critiquons pas. Ce n’est pas le travail de l’État. Nous pouvons créer des incitations pour changer les choses.

Vous déclarez dans votre stratégie que l'espoir de démocratisation grâce à l'ouverture à l'économie de marché ne s'est pas concrétisé. "Ni le commerce ni Internet n'ont conduit à un changement correspondant en Chine." Le principe du changement par le commerce a-t-il échoué?

Non, ce serait une exagération. Le principe du changement par le commerce a aidé la Chine à sortir un milliard de personnes de la pauvreté. Mais si vous entendez par changer l'évolution vers une société démocratique, cela n'a pas été réalisé. Mais la Suisse n'a pas toujours été là où elle en est aujourd'hui: par exemple, les femmes n'étaient pas autorisées à voter jusqu'à il y a 50 ans. C'était aussi une violation des droits de l'homme.

Cependant, même alors, les femmes ont été autorisées à manifester pour le droit de vote et n'ont pas été envoyées dans des camps de rééducation.

Ce que je veux dire: la démocratisation ne se fait pas du jour au lendemain. Si les conditions en Chine ne sont pas telles que nous voulons qu'elles soient, cela ne signifie pas que le principe a échoué. Après tout, un milliard de personnes se déplacent aujourd'hui relativement librement en Chine.

Cependant, la surveillance sociale de la population en Chine ne plaide pas en faveur d'une grande liberté.

Oui, ces problèmes existent. Je ne le nie pas. Mais il y a cinquante ans, le peuple chinois vivait dans une telle pauvreté que les gens ne pouvaient pas quitter leurs villages. Cela s'est amélioré. Nous devons traiter le pays avec respect et lui donner du temps. Que se passera-t-il dans vingt ans si la prospérité continue d'augmenter en Chine? Les gens seront-ils toujours silencieux alors?

Et que fera la Suisse d'ici là: allez-vous attendre vingt ans?

Contre-question: quoi de mieux, maintenant, indigné, rompre le dialogue à cause des violations des droits de l'homme et de la situation des Ouïghours? Ou recherchez-vous constamment un dialogue à long terme et résolvez les problèmes? Nous devons avoir la patience que le voyage va dans la bonne direction. Et nous espérons pouvoir y apporter une contribution grâce à notre engagement.

Les États-Unis ont pris des sanctions contre plusieurs dirigeants à Pékin, l'UE en discute également. Quelle est la position de la Suisse à ce sujet?

La Suisse adopte automatiquement les sanctions de l'ONU. Nous acceptons les sanctions de partenaires partageant les mêmes idées comme l'UE sur une base volontaire. D'un autre côté, nous n'avons jamais adopté de sanctions des États-Unis.

L'UE et les États-Unis sont beaucoup plus proches de nous en tant que démocraties que la Chine. Le gouvernement fédéral n'est-il pas obligé de s'allier à ces pouvoirs pour apporter plus de changements par le biais de sanctions et de pressions politiques en Chine que ce n'est le cas actuellement?

Nous travaillons déjà en étroite coordination avec les pays européens et - un peu moins - avec les États-Unis. La question des sanctions est en cours d'analyse au sein de la direction économique. Mais la Suisse a fondamentalement sa propre politique étrangère. C'est un défi, mais c'est aussi notre volonté.

N'avez-vous pas peur que les États-Unis ou l'UE mettent la pression sur la Suisse pour que nous puissions reprendre leurs sanctions?

Cette pression des États-Unis s'est accrue ces dernières années. Jusqu'à présent, cependant, nous avons pu éviter d'avoir à prendre l'un ou l'autre camp. C'est parce que nous avons de bonnes relations avec les États-Unis et la Chine. Bien sûr, nous sommes beaucoup plus proches des États-Unis en termes de valeurs partagées. Mais nous savons aussi que la Chine joue un rôle éminemment important dans le monde. Nous avons besoin de la Chine dans un multilatéralisme global dans lequel tous les États s'engagent à conclure des accords conjoints.

Les relations réglementées avec l'UE deviennent encore plus importantes dans la situation géopolitique actuelle, selon la stratégie chinoise. Ces relations ont cependant été remises en question et l'accord-cadre avec l'UE est au bord de l'échec. Et après?

Si l'accord-cadre échoue, nous en serons là où nous en sommes aujourd'hui. Et aujourd'hui, nous entretenons des relations régulières avec l'UE, nous avons plus de 140 traités internationaux qui continuent de s'appliquer. Avec l'accord-cadre, le Conseil fédéral souhaite consolider et élargir encore la voie bilatérale.

Les détracteurs de l'accord-cadre font de l'expansion des échanges commerciaux avec la Chine une alternative. C'est une option pour toi?

La Suisse est en Europe, nous sommes beaucoup plus proches culturellement et économiquement, cela ne change pas. Pas même au 21e siècle, que beaucoup considèrent comme le siècle asiatique en raison de la montée en puissance de la Chine et d'autres économies de la région. Les accords de libre-échange avec ces pays nous aident à réduire nos risques de cluster. Il n'y a pas non plus - ou ici non plus.

Pour conclure sur les Jeux Olympiques de Pékin en 2022: quelle est la position du Conseil fédéral sur les appels au boycott?

La Suisse ne suit généralement pas l'appel au boycott. La Suisse officielle sera également représentée à Pékin. Mais il reste ouvert à quel niveau: prévoyons-nous une visite du président fédéral ou l'organisation Présence Suisse est-elle sur place? Ce sont des symboles très importants que nous envoyons. Mais rien n'a encore été décidé.

Nous vous invitons à nous suivre et à aimer notre page : )

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués par *