Focus SAST Politique Suisse Tibet

Tibétains en Suisse: peur du bras long de Pékin

Des fonctionnaires d'un État occidental qui travaillent en étroite collaboration avec les responsables du renseignement chinois? Pas très probable à première vue. Mais en Suisse, c'était une pratique courante pendant des années.

Voir la vidéo du rapport ici:

Voir la version anglaise ici

«Peut-être parce que nous sommes tous les deux montagnards», répond Thomas Büchli lorsqu'on lui demande d'où vient la sympathie de nombreux Suisses pour les Tibétains. Le président de la Société d'amitié suisse-tibétaine devrait le savoir. Il a déjà aidé de nombreux réfugiés tibétains à trouver leur chemin dans le pays alpin après leur arrivée. La plupart d'entre eux fuient la persécution des services secrets chinois. Les experts du «Tibet Institute», à une heure de route au nord de Zurich, estiment qu'environ 8000 XNUMX Tibétains vivent avec les confédérés, dont environ la moitié sont des citoyens suisses.

Néanmoins: similaire à l'Allemagne ou à d'autres pays de l'UE de nombreux Suisses sont sceptiques quant à l'arrivée de réfugiés. Vous voulez que l'immigration soit réglementée. Les réglementations légales servent cet objectif. Quiconque arrive en Suisse via un pays tiers sûr - comme le Népal ou l'Inde - doit craindre que les autorités suisses rejettent dans un premier temps la demande d'asile. Par conséquent, de nombreux réfugiés cachent ou cachent l'itinéraire par lequel ils ont atteint la Suisse.

Le soi-disant Institut du Tibet est en fait un monastère

Le soi-disant Institut du Tibet est en fait un monastère

Afin de déterminer si les réfugiés viennent réellement de Chine, les autorités suisses coopèrent depuis des années avec des responsables de la République populaire de Chine. Pékin a «aidé» à identifier les réfugiés de Chine. Lorsque cette pratique est devenue publique en 2020, il y a eu des critiques: d'hommes politiques, de militants des droits de l'homme mais aussi d'experts comme le politologue Ralph Weber de l'Institut européen de l'Université de Bâle. Ils craignent tous que les proches des réfugiés soient persécutés par la police secrète de Pékin. Après ces protestations, Berne a laissé expirer l'accord correspondant avec la Chine à la fin de 2020.

Peur pour les proches à la maison

Afin de ne pas mettre en danger ses proches au Tibet, Tenzin - nous avons changé de nom pour sa protection - n'a eu aucun contact avec ses proches chez lui depuis qu'il a fui le Tibet en 2013. «Ils ne savent même pas que je suis marié et que j'ai deux enfants», dit l'homme de 30 ans qui vit dans un village.

Les autorités suisses ont déjà rejeté deux demandes d'asile. Mais il est convaincu qu'il tombera dans une sorte de cas de rigueur et ne sera donc pas expulsé. Il attend actuellement une décision correspondante des autorités.

«Tenzin» lors d'une visite à l'Institut du Tibet

Trois niveaux de gouvernement doivent s'entendre: la commune, le canton et aussi le gouvernement fédéral. En attendant, Tenzin apprend davantage l'allemand, effectuant des stages afin de se réorienter professionnellement. Il espère pouvoir un jour nourrir sa famille en tant qu'infirmier.

Il se rend régulièrement à l'Institut du Tibet. Il est pittoresque situé sur une pente dans les montagnes, entouré d'une petite forêt de conifères et de quelques fermes. Le soi-disant institut est en fait un monastère bouddhiste tibétain qui est habité par un abbé et huit moines.

"J'ai tout aimé là-bas"

Une photo grandeur nature du Dalaï Lama, que la plupart des Tibétains considèrent comme leur chef spirituel, est accrochée dans le temple. Il a visité l'Institut du Tibet en Suisse plus d'une douzaine de fois.

Tenzin se sent clairement chez lui ici au monastère: avant de quitter son pays natal, il vivait dans un monastère bouddhiste. «J'avais mes amis là-bas, j'aimais tout là-bas», dit Tenzin.

Un jour, les forces de sécurité chinoises ont commencé à harceler les moines. «Une vie normale n'était alors plus possible», se souvient-il. Comme d'autres, il a participé à des manifestations contre la police et s'est ainsi retrouvé dans la ligne de mire des forces de sécurité. En fin de compte, tout ce qu'il avait, c'était de fuir.

Damian Müller du FDP suisse

Damian Müller du FDP suisse

Des destins comme celui de Tenzin et d'autres personnes persécutées en Chine ont entre-temps fait réfléchir les politiciens bernois. La Suisse et la Chine sont liées par un accord de libre-échange depuis 2014, dont bénéficient de nombreuses entreprises en Suisse.

«Nous avons progressé dans nos relations avec la Chine», a déclaré le conseiller libéral d’Etat Damian Müller à Berne. Mais on a également vu que l'accord de libre-échange avec la Chine devait être développé plus avant: "En particulier, la situation des droits de l'homme doit être davantage mise au point".

Nous vous invitons à nous suivre et à aimer notre page : )
  1. Corina Cavelti

    Honteux pour la Suisse, qui parle si bien de neutralité, de droits de l'homme, d'éthique et de culture! Et quelle «culture» soutient-elle activement ???? Pour quelle raison? Pour un profit imaginaire? Nous n'obtiendrons pas tous le prix auquel nous aspirons dans la mesure que nous craignons, mais payons en excès, nous tous! 😢😖! Honteux! Nous supprimons délibérément ceux qui semblent n'avoir aucun respect!?!?!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués par *