Section Suisse Romande

Bienvenue/Tashi Delek à la section romande!

Logo GSTF_SAST

La GSTF / SAST, en tant qu'organisation démocratique, dépend, pour l'essentiel de son engagement pour le Tibet et le peuple tibétain, des multiples activités de ses sections! À ce jour, six sections sont actives dans l'Est, le centre et le Nord-Ouest de la Suisse, à Zurich, à Berne et sur le plateau. Il y a des années, une ébauche de groupe s'est développée à la frontière linguistique à Bienne, pour se transformer ensuite en section germanophone du plateau.

Le Comité de la GSTF / SAST ne pourrait, en outre, être plus heureux, satisfait et fier qu'une section se soit maintenant constituée en Romandie, et qu'elle manifeste déjà un tel dynamisme impressionnant. Et pas dans un seul lieu: les coresponsables de section, René Longet et Tenzin Wangmo, ont annoncé la création de trois sous-groupes de section, actifs localement à Genève, Lausanne et Yverdon. Merci à toutes et tous les activistes engagé-e-s dans ces groupes!

Le GSTF / SAST peut ainsi faire un très grand pas en Suisse romande et renforcer son efficacité grâce aux nombreux nouveaux membres de la Section Romande pour le Tibet. Nous sommes heureux d'être contaminés par la dynamique de la section jeune et souhaitons la bienvenue à tous les nouveaux supporters de la Suisse romande à GSTF / SAST avec un copieux Tashi Delek!

Thomas Büchli, président du GSTF / SAST

Contribution de René Longet et Tenzin Wangmo Frapolli:
La GSTF/SAST désormais présente dans tout le pays grâce à sa nouvelle section romande

La section SAST romande propose à ses membres une sélection de documents, informations de base et rapports en français.

SAST section romande


News

A partir du 10 novembre 2020, la section romande de la SAST organisait une table ronde sur des thématiques très actuelles, qui pour les raisons de protection sanitaire s'est déroulée en mode visioconférence. Le conseiller national Nicolas Walder (Vert / GE), membre de la commission des affaires étrangères, souligne la nécessité pour la Suisse de modifier sa position très accommodante vis-à-vis de la Chine. Il convient en particulier de dénoncer l'accord secret inacceptable autorisant des agents chinois à interroger en Suisse des sans-papier ressortissant de territoires sous juridiction chinoise. Les méthodes trèsproblemématiques d'analyse linguistique employées par le SEM sont également évoquées, en particulier par deux expertes qui ont soulevé d'importantes objections méthodologiques. 

Fanny-Iona Morel de l'Université de Fribourg rapporte ce qu'elle a constaté lors d'un voyage début 2019 au Tibet: la peur omniprésente qui s'insinue dans la vie des Tibétaines et des Tibétains, des fouilles à domicile détecter des images et des écrits interdits, un arbitraire étatique qui pénètre tous les aspects de la vie, l'obligation faite à des moines de vilipender la figure sacrée du Dalaï Lama, et bien d'autres choses que les Tibétaines et Tibétains ayant fui le Tibet ne peuvent pas évoquer sans mettre en péril leurs proches demeurés au pays.

Enfin le député au Grand Conseil genevois Emmanuel Deonna (PS), fin connaisseur de la politique suisse à l'égard des Sans-papier, détaille comment celle-ci s'est progressivement dégradée au point qu'elle est aujourd'hui avant tout une politique d'expulsion.

table ronde en ligne par Zoom

Bulletin de la section romande de la Société d'Amitié Suisse-Tibétaine

Événements de la section romande

Informations sur le Tibet